« L’islam au temps des pyromanes » (L’Obs, 23 mai 2018)

« Faut-il condamner sur la foi d’un bout de tissu, comme celles et ceux qui hurlent à la mort de la laïcité et de la République dès qu’un voile ou un burkini surgit là où on ne l’attend pas ? Revenons un peu sur cette énième affaire de voile qui agite la médiasphère. Maryam Pougetoux, une responsable du syndicat étudiant Unef, s’exprime à la télévision sur… tout le monde a oublié quoi, l’attention générale étant immédiatement focalisée sur son voile islamique. Aussitôt certains s’enflamment, ou plutôt enflamment la Toile : ça y est, le syndicalisme estudiantin est noyauté, pire phagocyté, par l’islamisme politique – qui après Mennel viendrait de se trouver une nouvelle Jeanne d’Arc à l’envers.

« Pour une organisation qui rassemble les musulmans progressistes de France » (L’Obs, 28 avril 2018)

« Comment se fait-il qu’il n’existe toujours pas en France une organisation qui rassemble les musulmans progressistes ? Un mouvement qui fasse exister publiquement les positions de toutes celles et ceux qui ne veulent pas se laisser enfermer dans une alternative fermée : l’adhésion à un islam conservateur, l’abandon de l’islam. Un mouvement qui donne une voix à toutes celles et ceux pour lesquels la foi musulmane est synonyme de quête vivante de sens, au lieu d’être un rituel figé ; de liberté de conscience vis-à-vis des dogmes au lieu de soumission paresseuse ; d’égalité des sexes au lieu de domination masculine ; de tolérance et de non-violence au lieu d’antisémitisme et de rejet de l’autre ; d’une contribution active à la société française au lieu du repli sur soi.

« Pourquoi il ne faut pas de « grand imam de France » » (L’Obs, 2 avril 2018)

« La question de l’organisation de l’islam de France revient dans notre actualité. Le gouvernement aurait choisi d’agir afin de donner à cette religion et à cette culture une représentation digne de ce nom. On peut s’interroger, tout d’abord, sur le besoin réel d’une telle représentation. N’est-il pas archaïque de vouloir encore et toujours nommer des « chefs de communauté » ? C’est faire comme si les musulmans étaient un groupe social homogène et distinct, alors qu’ils sont – à de multiples égards – mélangés à l’ensemble de la société. N’est-ce donc pas encourager ce « séparatisme islamiste » mis en cause dans la tribune récente signée par cent intellectuels dans « le Figaro » ? Les choses seraient bien plus contestables encore si, comme certains l’ont proposé, se trouvait nommé un « grand imam de France »… »

« Quelles pratiques islamiques pour notre temps ? De la nécessité de repenser sa vie spirituelle avec l’islam » (Saphirnews, 28 mars 2018)

« Comment parler de « réforme de l’islam » sans oser renouveler les pratiques religieuses ? La vie spirituelle parle du quotidien, de ce que chacun et chacune peut comprendre et faire pour approfondir sa quête personnelle de sens. Pour s’épanouir, elle a besoin aujourd’hui d’un ensemble de pratiques adaptées à notre temps. C’est justement ce travail que nous souhaitons initier lors d’une journée d’étude et de dialogue qui se déroulera samedi 21 avril à Paris sur le thème suivant : « Repenser sa vie spirituelle avec l’islam. Quelles pratiques islamiques pour notre temps ? ». Comme l’a dit récemment Yadh Ben Achour (« Réenchanter l’islam. Les voies du renouveau », Le Monde des Religions, n° 87, janvier-février 2018) : « Une pensée critique de l’islam existe, il faut la faire connaître. (…) C’est une longue tradition de l’islam que celle de la liberté, de la critique, de la vigilance intellectuelle, qui est aujourd’hui effacée par la visibilité dans les médias d’un autre islam, refermé sur lui-même. » Depuis plusieurs décennies, cette pensée est incarnée par des intellectuels majeurs mais elle a besoin pour gagner en légitimité qu’on la considère en braquant davantage les projecteurs sur elle… »

« Pensée vivante de l’immortalité. Mohammed Iqbal » (« Réenchanter l’islam. Les voies du renouveau », Le Monde des Religions, hors-série n° 87, 27 décembre 2017)

« Mohammed Iqbal propose une vie spirituelle qui enrichit le « moi » humain jusqu’à la prise de conscience de sa divinité intime. Mohammed Iqbal (1873-1938) est à peu près inconnu en France, tant du grand public que de nos intellectuels et de la plupart des musulmans. Il est pourtant l’un des plus grands philosophes et poètes du monde musulman de l’âge moderne. On ne réparera pas ici cette ignorance fâcheuse. Mais essayons tout de même de donner une petite idée de l’originalité de sa pensée en présentant l’un des « grands chantiers » qu’il a laissés ouverts pour quiconque veut s’engager dans une pensée renouvelée de l’islam, débarrassée de ses rigidités dogmatiques et de ses pesanteurs historiques. En l’occurrence, intéressons-nous ici à sa pensée de l’immortalité. On la trouve explicitée dans Reconstruire la pensée religieuse de l’islam, une série de conférences prononcées entre 1928 et 1932.

« Pour des états généraux de la pensée de l’islam » (Libération, 22 novembre 2017)

« Plutôt que de se perdre en polémiques vaines et clivantes sur Tariq Ramadan, pourquoi ne pas parler vraiment de l’islam, qui est aussi une façon d’aborder la question de l’égalité ? A l’université et pourquoi pas au Collège de France. Chaque jour, j’ai vu le débat Charlie vs Mediapart attiser une guerre des gauches derrière laquelle disparaît presque complètement la question de l’islam de France. Quelle misère ! Tout au plus cette question pourtant cruciale est-elle prise en otage du conflit… Mais comment peut-on se permettre ainsi de passer encore et toujours à côté du sujet « islam », alors que de son traitement dépend en grande partie désormais l’avenir de la France ?

« Affaire Ramadan : « Nous restons tragiquement aveugles aux “racines du mal” de l’islamisme » (Le Monde, 14 novembre 2017)

« Combien de temps encore ?

L’affaire Tariq Ramadan est atterrante à bien des égards. Comment se fait-il qu’il ait fallu attendre le scandale d’accusations de violences sexuelles pour qu’enfin nos élites s’interrogent sérieusement sur le personnage ? Depuis quinze ans, j’ai eu plus que le temps de vérifier l’incapacité quasi systématique de nos médias, de notre classe politique, de la plupart de nos « grands » intellectuels à comprendre en profondeur les questions posées par l’islam. Cette intelligentsia se signale à peu près unanimement par son inculture sur le sujet, et, tandis qu’elle est si intelligente par ailleurs, voilà qu’ici elle n’arrive qu’à se partager benoîtement entre ceux qui considèrent le musulman comme le nouveau damné de la terre et, à l’autre extrême, ceux qui mélangent allègrement islam et islamisme sans s’en apercevoir… alors même parfois qu’ils croient être en train de distinguer les deux !

« La racine du mal terroriste » (L’Obs, 8 novembre 2017)

« Au sujet du procès d’Abdelkader Merah, l’avocat Alain Jakubowicz amorçait la semaine dernière dans « le Monde » une réflexion qui mérite d’être développée. Il écrivait que « ce n’est pas à la justice de régler le terrible sujet du terrorisme islamique qui frappe notre société. Quelle que soit la peine qui sera in fine infligée à Abdelkader Merah, le problème demeurera entier si on ne s’attaque pas aux racines du mal ». Les « racines du mal », exactement l’expression que j’avais employée dans ma « Lettre ouverte au monde musulman » pour l’appeler à passer d’urgence – face au dogmatisme et au radicalisme qui le gangrènent – du réflexe de l’autodéfense à la responsabilité de l’autocritique. La racine du mal terroriste, c’est l’état général d’une civilisation et d’une culture dans lesquelles une religion pourtant malade de son immobilisme, de son intolérance, de son machisme, veut faire la loi du sommet de l’État jusqu’à la morale personnelle en passant par l’ordre social… »

« En finir avec le 11-Septembre » (L’Obs, 18 août 2017)

« À l’orée d’une rentrée qui inaugure pour nous une nouvelle année politique, médiatique, sociale, une question me taraude : allons-nous enfin sortir de la phase ouverte depuis plus de quinze ans par l’attentat du 11 septembre 2001 contre les Tours jumelles ? De cette phase maudite de tension toujours plus grande, ici dans nos sociétés occidentales, entre les musulmans et l’opinion publique ? Le fossé d’incompréhension, de rejet et de repli va-t-il commencer à se combler ? Il serait temps que la crise se termine, que l’envie de vivre ensemble reprenne enfin le dessus, que les femmes et les hommes de bonne volonté l’emportent des deux côtés ; face à ceux qui se servent de la religion comme d’une arme, d’une armure ou d’un mur pour se couper des autres, et pour s’enfermer eux-mêmes dans des croyances figées ; face à ceux qui se servent des valeurs de notre pays – et de sa laïcité – comme d’un bouclier et d’un bélier pour bouter le musulman hors de France, et lui refuser l’appartenance à notre société.

« Nul besoin d’aller à la mosquée » (L’Obs, 12 mars 2017)

« Je lis dans le livre de Didier Leschi Misère(s) de l’islam de France ce reproche à « l’intellectuel musulman » : « A l’instar d’un Georges Bernanos qui allait à la messe, se confessait et communiait, nous aimerions que ledit intellectuel musulman se rende à la mosquée, qu’il relate dans un magazine le choc spirituel que lui aurait causé son pèlerinage à La Mecque et qu’il publie, dans un même élan, un libelle intitulé Les Grands Cimetières sous les dunes qui, partant d’une lecture généreuse du Coran, ferait date dans la critique de ces sociétés qui renvoient la majeure partie de l’humanité au sort peu enviable de mécréants. »