« Ce 11 janvier où la France s’est réveillée! » (Huffpost, 11 janvier 2020)

Il y a cinq ans déjà…
Il y a cinq ans déjà,
Un 11 janvier de malheur et de désarroi,

La foule unie, rassemblée,
D’une France meurtrie défilait,
Silencieuse et Sidérée…

Un attentat meurtrier,
Insupportable, injustifié,
Venait de frapper
L’une de ses voix de liberté,
Qui avait simplement proclamé
Le droit de critiquer sans trembler,

Et nous étions tous là,
Unis contre un ennemi,
Mais à la fois aussi
Désemparés et renvoyés,
Dans le miroir du désespoir,
A tous les visages si noirs
De notre société si divisée.

Nous avions entrepris alors
De nous questionner encore et encore,
De nous mobiliser partout…
Et puis ce fut tout !

Qu’avons-nous fait depuis ?
Où en sommes-nous aujourd’hui ?

L’élan fut magnifique,
De cette France tragique,
Mais le moment s’est enfui
Et le cours ordinaire de la vie
A repris.

« Il est urgent de retrouver de la sérénité dans le débat sur la laïcité » (Tribune l’Obs, 9 décembre 2019)

A l’occasion des commémorations du 9 décembre – journée anniversaire de la loi de 1905 portant séparation de l’Eglise et de l’Etat – le philosophe Abdennour Bidar, dans un vibrant plaidoyer, défend une laïcité au service d’une république démocratique.

Lire l’article sur le site de l’Obs

La laïcité au premier plan des passions françaises

Tel est le contexte général qui explique que, après un siècle ou presque de sommeil tranquille, la question de la laïcité ait fait ces dernières années son grand retour au premier plan des passions françaises. Si elle s’est imposée peu à peu depuis l’affaire des foulards de Creil en 1989 en tête du hit-parade de nos débats intellectuels, politiques, médiatiques, c’est que notre société a vécu le « retour du religieux » d’une manière spécialement sensible, douloureuse, pour deux raisons au moins.

La première raison est la nature historique du « républicanisme » français. Celui-ci est presque constitutivement hostile à l’expression sociale des identités religieuses, et plus généralement de toute identité ou appartenance particulière qui oserait concurrencer dans le champ public sa volonté de ne voir « qu’une seule tête », à savoir celle du « citoyen » ne se définissant et ne jurant que par « l’universel » des valeurs de « liberté, égalité, fraternité ». La seconde raison est le conflit frontal de ce républicanisme français avec l’invasion culturelle d’une « démocratie libérale » d’inspiration anglo-saxonne qui a réussi ici également, en France, à persuader nombre d’esprits que toutes les identités sont légitimes à s’exprimer sans frein dans l’espace public, sans quoi le néosacro-saint « individu » est fondé à hurler à la stigmatisation et à la discrimination de sa non moins sainte « différence ».

Entre les partisans de ces deux visions de la société, dont les excès sont aussi intolérants l’un que l’autre, l’antagonisme est à présent total. Ils se déchirent en particulier au sujet de la laïcité, chacun revendiquant sa juste compréhension et accusant l’autre de l’avoir dévoyée. Les républicains accusent la laïcité d’être détournée de son sens lorsqu’elle menace à leurs yeux de se faire trop « démocrate », en devenant « ouverte » à l’expression publique du religieux sur le mode des « accommodements raisonnables » du Québec.

« Libérons-nous ! des chaines du travail et de la consommation » (Blog Le Monde, 12 juin 2018)

Abdennour Bidar , docteur en philosophie, est l’auteur de plusieurs ouvrages dont « Lettre ouverte au monde musulman » et  » les Tisserands« . Déjà, dans « Plaidoyer pour la fraternité » (1)  écrit après les attentats de 2012 à 2014 , il préconise, pour faire vivre cette fraternité, dix mesures dont l’instauration d’un revenu universel.  Avec ce dernier ouvrage : « Libérons-nous des chaines du travail et de la consommation » il nous montre combien l’allocation d’un revenu universel et inconditionnel peut être une mesure émancipatrice pour l’ensemble des citoyens.

« Le revenu universel est une utopie réaliste » (Libération, 9 juillet 2018)

« Cette mesure de justice sociale et de redistribution des richesses pourrait aussi, pour le philosophe, remettre du collectif et de la spiritualité au cœur de la société. Un de ses derniers ouvrages les Tisserands (éd. Les liens qui libèrent, LLL) mettait en lumière des citoyens tentant, à leur échelle, de recréer du lien entre les individus dans notre société en crise. Dans son nouvel essai Libérons-nous ! Des chaînes du travail et de la consommation (éd. LLL), Abdennour Bidar aborde un sujet sur lequel on ne l’attendait pas forcément, lui, le philosophe membre de l’Observatoire de la laïcité plus connu pour ses travaux sur l’islam, la sécularisation ou encore la fraternité : le revenu universel.

« L’athéisme, faut-il encore y croire ? » (« La Grande Table », France Culture, 25 juin 2018)

Pour vivre heureux, vivons athées ? A l’heure du retour du religieux, la question de l’athéisme se (re)pose. Pour en parler, Abdennour Bidar, auteur en 2012 de « Comment sortir de la religion ».

« L’écologie est un chemin de spiritualité possible. Le retour de la relation avec la nature, c’est le retour à la contemplation du monde, l’étonnement et l’émerveillement de l’homme face à une matrice fabuleuse. »

Abdennour Bidar

« Libérons-nous : le revenu universel n’a pas dit son dernier mot » (Matthieu Aron, L’Obs, 14 juin 2018)

« Dans « Libérons-nous », le philosophe Abdennour Bidar défend cette mesure. L’unique moyen, selon lui, de sortir de « l’esclavage du capitalisme ». Explications.Quelle mouche a piqué Abdennour Bidar ? s’est-on demandé en ouvrant son dernier essai. Le philosophe, chroniqueur à « l’Obs », y défend une utopie que l’on croyait enterrée pour un bon bout de temps. Le revenu universel ! L’idée semblait ne pas avoir résisté aux sarcasmes de ses détracteurs lors de la dernière campagne présidentielle. Abdennour Bidar la ressort pourtant, avec un enthousiasme communicatif, sinon convaincant.