« Ce 11 janvier où la France s’est réveillée! » (Huffpost, 11 janvier 2020)

Il y a cinq ans déjà…
Il y a cinq ans déjà,
Un 11 janvier de malheur et de désarroi,

La foule unie, rassemblée,
D’une France meurtrie défilait,
Silencieuse et Sidérée…

Un attentat meurtrier,
Insupportable, injustifié,
Venait de frapper
L’une de ses voix de liberté,
Qui avait simplement proclamé
Le droit de critiquer sans trembler,

Et nous étions tous là,
Unis contre un ennemi,
Mais à la fois aussi
Désemparés et renvoyés,
Dans le miroir du désespoir,
A tous les visages si noirs
De notre société si divisée.

Nous avions entrepris alors
De nous questionner encore et encore,
De nous mobiliser partout…
Et puis ce fut tout !

Qu’avons-nous fait depuis ?
Où en sommes-nous aujourd’hui ?

L’élan fut magnifique,
De cette France tragique,
Mais le moment s’est enfui
Et le cours ordinaire de la vie
A repris.

« On ne naît pas fraternel, on le devient » : entretien avec Abdennour Bidar (Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, juillet 2017)

« En tant que philosophe, je suis du côté d’Erasme qui disait « On ne naît  pas homme, on le devient ». De même, on peut dire « On ne naît pas  fraternel, on le devient ». Abdennour Bidar, philosophe, spécialiste des  questions de l’Islam, de Laïcité et de Fraternité, porte un discours  qui transforme des problèmes en solutions. À l’invitation du conseil départemental et de l’association Michel-Dinet, il a participé à Nancy à une soirée consacrée à la fraternité. Découvrez notre entretien long format avec Abdennour Bidar…

« Retisser des liens, c’est notre grand projet » (La Provence, 8 novembre 2016)

« Stagiaires de l’École de la 2e chance, à Marseille, ils ont de 18 à 25 ans et six mois pour remettre leur trajectoire scolaire et professionnelle sur les rails. Essayiste et philosophe parisien, Abdennour Bidar, 45 ans, s’est donné une semaine pour faire connaître son mouvement, « Fraternité générale », à toute la France. Né tout de suite après les attentats de Paris, celui-ci soutient l’urgence de faire de la fraternité, « l’oubliée de notre devise républicaine », un bouclier et « un projet politique »… »

« La fraternité est un travail de tous les jours » (Brivemag, 5 novembre 2016)

« C’était l’une des Grandes leçons proposées cette année par la Foire du livre. Quelles valeurs partager et transmettre aujourd’hui ? Pour répondre, ou tenter de répondre à cette question, les organisateurs avaient convié celui que l’on surnomme, parfois avec un peu d’ironie, le philosophe de la fraternité : Abdennour Bidar… »