Deuxième édition de Fraternité générale (13-15 octobre 2017)

La Fraternité pour nous rassembler

Cinq ans après l’attentat de Mohamed Merah, deux ans après ceux de Charlie Hebdo et de l’Hypercacher, un peu plus d’un an après les terribles attaques qui ont meurtri profondément notre pays au cours de l’année 2015 et 2016, nous avons un besoin impérieux de nous rassembler. Il ne s’agit pas d’oublier ces tragédies qui ont lieu en France et un peu partout dans le monde, ni de nier la colère des peuples qui éclate et cède parfois aux sirènes du populisme, ne sachant plus vraiment vers quel recours se tourner. Il s’agit, au contraire, d’entendre ces peurs et ces replis identitaires. Notre responsabilité est donc de permettre à ces ressentiments de s’exprimer autrement en mettant en œuvre un véritable mouvement qui vise à replacer, au cœur de notre pacte social, les grands idéaux qui fondent notre société.

C’est le sens à l’Appel à mobilisation lancé par Fraternité Générale la semaine du 2 au 10 novembre 2016, et nombreux sont ceux qui y ont répondu présents. Avec plus de 600 événements, et des milliers de personnes investies partout en France, dans les Outre-mer, mais aussi à l’international grâce au Réseau culturel français à l’étranger, avec plus de 2 millions de personnes informées par le net, cette première édition a souligné avec éclat que nous sommes nombreux à vouloir nous engager pour une vie citoyenne plus juste, plus solidaire au service de l’éducation, du vivre-ensemble, du bien commun.

Lire la suite…

Série de conférences sur la « Lettre ouverte au monde musulman » (Allemagne, 28 mai-1er juin 2017)

Abdennour Bidar effectuera sa première tournée en Allemagne avec les Éditions du Crieur Public et le « Bureau du livre » de l’ambassade de France (plus d’informations ici) :

  • Dimanche 28 mai, Tübingen (Stadtmuseum, Kornhausstr. 10) / 15h : entrée 7 € (tarif réduit 2 €), lors de la Bücherfest 2017, avec le soutien de l’Institut culturel franco-allemand de Tübingen.
  • Lundi 29 mai, Stuttgart (Hospitalhof, Büchsenstr. 33) / 19h : entrée libre, avec le soutien de l’Institut français de Stuttgart.
  • Mardi 30 mai, Brême (Institut français, Contrescarpe 19) / 19h : entrée libre, avec le soutien de l’Institut français de Brême.
  • Mercredi 31 mai, Hambourg (Institut français, Heimhuderstr. 55) / 19h : entrée libre, avec le soutien de l’Institut français d’Hambourg.
  • Jeudi 1er juin, Dresde (Zentralbibliothek im Kulturpalast, Schloßstr. 2) / 19h30 : entrée libre, avec le soutien de l’Institut français de Dresde.

« Frontière des sexes » (« Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe », Institut du monde arabe, Paris, 18 mai 2017)

Retrouvez Abdennour Bidar avec Leyla Dakhli, chargée de recherche au CNRS, Centre Marc Bloch (Berlin) et Leïla Slimani, écrivaine, prix Goncourt 2016 pour une conférence intitulée : « Frontière des sexes : une soirée en images animée par Emmanuel Laurentin » dans le cadre des événements France Culture aux Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe.

Lieu : Paris, Institut du monde arabe, Auditorium (niveau -2)
Heure : de 18h30 à 20h
Prix : gratuit dans la limite des places disponibles

Plus d’informations ici…

« Fanatismes, un défi pour qui pour quoi ? » (« Festival de littératures vagabondes », Binic, 1er avril 2017)

Jusqu’au 2 avril, le Festival de Littératures vagabondes des Escales de Binic, mêlant auteurs connus et talents émergents, offre de nouveau une programmation gratuite et variée. Abdennour Bidar interviendra lors de la Tribune libre sur le thème « Fanatismes, un défi pour qui pour quoi ? ». Rendez-vous le 1er avril à 18h30. Plus d’informations ici…

« Un islam pour notre temps » (Université de Lyon, 14 mars 2017)

Rendez-vous le 14 mars 2017, 18h-20h, Amphithéâtre de l’Université de Lyon, 90 rue Pasteur, 69 007 Lyon. L’hypothèse de cette conférence est que les musulmans aussi sont maintenant, tout autant que les autres, des hommes modernes, des citoyens du monde : il leur est impossible de faire semblant d’ignorer cette modernité qui les atteint, les imprègne et transforme un peu plus chaque jour leur vision du monde et leurs conditions de vie. L’islam doit accueillir cette modernité sans crainte, en particulier ses grandes valeurs de liberté, d’égalité, de tolérance, de séparation du religieux et du politique… Il doit à l’inverse abandonner des prescriptions de sa Révélation qui datent d’un temps révolu. Il ne doit pas seulement le faire pour s’adapter au monde moderne, mais parce que le monde moderne représente lui-même un événement spirituel, un moment favorable, une lumière qui peut éclairer l’islam et l’aider à se trouver, à créer un islam pour notre temps. Plus d’informations ici…

Postface inédite et nouvelle édition du livre Un islam pour notre temps (Paris, 2004)

couverture« Pourquoi les musulmans n’auraient-ils pas le droit de repenser et de réinventer leur islam ? Celui-ci peut, sans crainte de se perdre, laisser derrière lui l’obéissance obligatoire à la loi religieuse traditionnelle pour accueillir l’aspiration de chacun à l’esprit de liberté et de responsabilité individuelle de la modernité, mais aussi à ses valeurs d’égalité entre les sexes, de tolérance, de séparation du religieux et du politique… Il s’agit de comprendre que le monde moderne est un événement spirituel, un moment favorable, une lumière qui peut aider l’islam à rallumer sa flamme, en ce temps où l’obscurité de sa régression vers le passé le menace. Aux musulmans qui veulent oser un islam pour notre temps, fidèle à lui-même et pourtant transformé, ce livre indique ce qu’ils peuvent apporter à ce monde, s’ils y entrent avec espérance. »

Quatrième de couverture, Un islam pour notre temps, Paris, Points, 2017, avec postface inédite de l’auteur.

« Quelles valeurs pour nous réunir ? » Débat avec Abdennour Bidar (Fondation Jean Jaurès, Paris, 7 février 2017)

Rendez-vous à 19h à la fondation Jean Jaurès (12 Cité Malesherbes, Paris 9e) pour assister à ce débat sur le thème suivant : « Quelles valeurs pour nous réunir ? Quel est ce « bien commun » que nous devons défendre ? Venez en débattre avec le philosophe Abdennour Bidar. Rien ne paraît désormais plus difficile que de se rassembler autour d’un « bien commun » moral, politique et spirituel. » Plus d’informations ici…