« Démocratie en danger : la crise sanitaire n’est pas résolue » (Mr Mondialisation, 12 juillet 2022)

Découvrir l’interview sur le site de Mr Mondialisation

Lire l’interview ici même in extenso :

La crise sanitaire aura massivement confronté les citoyennes et citoyens aux contours corrosifs de leur idéal démocratique. Alors que cet étrange épisode semble derrière nous, nous serions tentés de l’oublier, pour replonger tout entier dans l’insouciance du « monde d’avant » et de son aliénation volontaire. Mais peut-être est-il plutôt temps d’affronter les zones d’ombre que cette expérience civique a exposées ? En 2020 et 2021, dans nos sociétés occidentales, que s’est-il vraiment passé ? C’est le mystère sur lequel rebondit le philosophe Abdennour Bidar, à travers dix questions non résolues que la pandémie a laissé derrière elle. Dix inconnues politiques qu’il nous invite à maîtriser dans son nouvel ouvrage, La démocratie en danger (publié aux éditions Les liens qui Libèrent), en tout humilité. La rédaction de Mr Mondialisation vous propose, à travers une interview d’Abdennour Bidar, d’explorer ces enjeux escarpés, encore à vif, de la crise sanitaire. 

« Un silence assourdissant a remplacé le vacarme effroyable » (Le monde, 15 juin 2022)

 

👉 Lien vers l’article sur le site du Monde 

Ici le texte en accès libre :

De la « guerre » contre le virus à l’amnésie, de la psychose collective à l’oubli total : mais comment se fait-il que nous soyons passés aussi vite à autre chose au sortir d’une crise sanitaire qui a pourtant ébranlé à ce point tout notre vivre ensemble, et provoqué, outre le nombre des morts, de si gros dommages psychologiques, sociaux et politiques ? Bien que nous venions de vivre deux années d’une épreuve collective particulièrement éprouvante à tant de niveaux, plus personne n’en parle, comme s’il ne s’était rien passé ! C’est tout simplement ahurissant.

Faut-il donc trouver matière à se réjouir ou à s’inquiéter du fait que la pandémie, sa gestion politique et ses conséquences, ait été à ce point absente hier de la campagne présidentielle, et aujourd’hui des débats de la campagne législative ? Notre classe politique dans son ensemble, manifestement incapable de se saisir de ce qui a autant affecté nos vies, ne prouve-t-elle pas hélas, et une fois de plus, à quel point elle est hors-sol ? Ainsi la bataille pour le pouvoir a-t-elle repris son existence séparée, déconnectée… Ainsi également l’actualité a-t-elle repris sa course folle, sans queue ni tête, et nous voilà à nouveau, comme toujours, emportés sans prendre jamais le temps de nous poser pour réfléchir…

« Vous êtes, Eric Zemmour, l’exutoire de nos mauvaises pensées, de notre impuissance » ( Le monde, 8 déc 2021)

Tribune. La candidature d’Eric Zemmour à l’élection présidentielle est une mauvaise nouvelle pour notre pays. Elle pourrait seulement nous accabler, nous tous qui tenons à une France fraternelle, mais en réalité elle nous convoque. Elle fait devoir à tous les humanistes et tous les démocrates de notre pays de se lever et de se rassembler contre ce qui menace là, je veux dire la tentation de la haine.

En savoir plus

Tribune sur le passe sanitaire (Le monde, 29 juillet 2021)

Et ici le texte en accès libre :

Le Conseil d’Etat s’est exprimé le 19 juillet sur le projet de loi relatif à l’adaptation de nos outils de gestion de la crise sanitaire, mais, curieusement, sa réflexion a très peu mobilisé le principe de proportionnalité. En 2018, son vice- président honoraire, Jean-Marc Sauvé, en développait la définition dans Les Cahiers Portalis : « La puissance publique ne peut limiter la liberté des citoyens que “dans la mesure indispensable à la protection des intérêts publics” (Schwarze, 2009) : elle doit assurer en priorité la garantie des droits fondamentaux. Entre l’intervention de la puissance publique au nom de l’intérêt général et la sauvegarde des droits et des libertés des citoyens, le principe de proportionnalité permet d’opérer une mise en balance, métaphore de la justice. (…) Une mesure restrictive des droits et des libertés doit donc être à la fois appropriée ou adaptée, nécessaire et proportionnée. »
Comment se fait-il que le principe de proportionnalité ne soit pas au premier plan aujourd’hui dans le débat public alors qu’il est sans doute incontournable pour juger du bien-fondé des mesures sanitaires prises par l’Etat français depuis le début de la crise ? Pour cet Etat, sa mobilisation serait le signe qu’il considère les citoyens comme des êtres doués de raison, invités à réfléchir sur la série des questions éthico-politiques ouverte par ce principe.

« Ce 11 janvier où la France s’est réveillée! » (Huffpost, 11 janvier 2020)

Il y a cinq ans déjà…
Il y a cinq ans déjà,
Un 11 janvier de malheur et de désarroi,

La foule unie, rassemblée,
D’une France meurtrie défilait,
Silencieuse et Sidérée…

Un attentat meurtrier,
Insupportable, injustifié,
Venait de frapper
L’une de ses voix de liberté,
Qui avait simplement proclamé
Le droit de critiquer sans trembler,

Et nous étions tous là,
Unis contre un ennemi,
Mais à la fois aussi
Désemparés et renvoyés,
Dans le miroir du désespoir,
A tous les visages si noirs
De notre société si divisée.

Nous avions entrepris alors
De nous questionner encore et encore,
De nous mobiliser partout…
Et puis ce fut tout !

Qu’avons-nous fait depuis ?
Où en sommes-nous aujourd’hui ?

L’élan fut magnifique,
De cette France tragique,
Mais le moment s’est enfui
Et le cours ordinaire de la vie
A repris.

« Il est urgent de retrouver de la sérénité dans le débat sur la laïcité » (Tribune l’Obs, 9 décembre 2019)

A l’occasion des commémorations du 9 décembre – journée anniversaire de la loi de 1905 portant séparation de l’Eglise et de l’Etat – le philosophe Abdennour Bidar, dans un vibrant plaidoyer, défend une laïcité au service d’une république démocratique.

Lire l’article sur le site de l’Obs

La laïcité au premier plan des passions françaises

Tel est le contexte général qui explique que, après un siècle ou presque de sommeil tranquille, la question de la laïcité ait fait ces dernières années son grand retour au premier plan des passions françaises. Si elle s’est imposée peu à peu depuis l’affaire des foulards de Creil en 1989 en tête du hit-parade de nos débats intellectuels, politiques, médiatiques, c’est que notre société a vécu le « retour du religieux » d’une manière spécialement sensible, douloureuse, pour deux raisons au moins.

La première raison est la nature historique du « républicanisme » français. Celui-ci est presque constitutivement hostile à l’expression sociale des identités religieuses, et plus généralement de toute identité ou appartenance particulière qui oserait concurrencer dans le champ public sa volonté de ne voir « qu’une seule tête », à savoir celle du « citoyen » ne se définissant et ne jurant que par « l’universel » des valeurs de « liberté, égalité, fraternité ». La seconde raison est le conflit frontal de ce républicanisme français avec l’invasion culturelle d’une « démocratie libérale » d’inspiration anglo-saxonne qui a réussi ici également, en France, à persuader nombre d’esprits que toutes les identités sont légitimes à s’exprimer sans frein dans l’espace public, sans quoi le néosacro-saint « individu » est fondé à hurler à la stigmatisation et à la discrimination de sa non moins sainte « différence ».

Entre les partisans de ces deux visions de la société, dont les excès sont aussi intolérants l’un que l’autre, l’antagonisme est à présent total. Ils se déchirent en particulier au sujet de la laïcité, chacun revendiquant sa juste compréhension et accusant l’autre de l’avoir dévoyée. Les républicains accusent la laïcité d’être détournée de son sens lorsqu’elle menace à leurs yeux de se faire trop « démocrate », en devenant « ouverte » à l’expression publique du religieux sur le mode des « accommodements raisonnables » du Québec.

« Le génie de l’islam et le génie de la France convergent au cœur » (Le Monde des Religions, 7 janvier 2019)

« L’avenir de l’islam de France repose sur trois enjeux. Le premier est économique, relatif à son organisation matérielle vers une transparence des financements liés à la gestion des lieux de culte, du pèlerinage, du marché du halal. Le deuxième est sécuritaire, inhérent à la formation républicaine des imams et à la lutte contre les extrémismes et radicalités djihadiste, salafiste, « frériste » (des Frères musulmans). Sur ces deux plans, l’État français doit prendre des mesures fortes.

« La fraternité, point d’orgue de notre devise républicaine, est ce qui peut nous sauver, nous et notre planète » (Huffpost, 10 octobre 2018)

« Fraternité générale ! » Fraternité avec l’ensemble du vivant, les animaux et la nature. Fraternité humaine entre les peuples, avec les réfugiés que nous devons accueillir, et dans toutes les sociétés multiculturelles autour de valeurs communes. Fraternité aussi – on n’y pense jamais – de chacun d’entre nous avec lui-même, dans une existence qui réconcilie ce que l’on porte au fond de soi et ce que l’on fait de sa vie. Trois fraternités liées, donc, triple lien à soi, aux autres, à la nature. Au lieu de quoi ? Au lieu d’un environnement toujours plus massacré. Au lieu de divisions toujours plus dangereuses entre croyances, ainsi qu’entre riches et pauvres. Au lieu d’existences privées de sens, aliénées par des esclavages terribles au travail et à la consommation. Sauver la planète, sauver la justice et la paix, sauver notre être. La fraternité n’est pas seulement le point d’orgue de notre devise républicaine, elle est un projet de civilisation à l’échelle de l’humanité. Car elle est écologique, géopolitique, économique, technologique, sociale, éthique et existentielle. Et c’est exactement de cela dont nous avons aujourd’hui le besoin le plus urgent: une vision d’ensemble, qui fasse converger tous les efforts de celles et ceux qui veulent une autre société ; un cap systémique, un même but qui mette en synergie toutes celles et tous ceux qui agissent déjà pour remplacer le système existant par un nouveau chemin de civilisation.

« Musulmanes et musulmans progressistes, sortez de l’ombre ! » (Le Monde, 11 septembre 2018)

« Mettre fin aux financements étrangers du salafisme, instaurer un contrôle public des organismes qui assurent le pèlerinage à La Mecque, instaurer une taxe sur le gigantesque marché du halal, instituer une formation obligatoire aux valeurs républicaines de tous les imams du territoire, etc.  Toutes ces préconisations du rapport rendu au chef de l’État par Hakim el Karoui sont indispensables. Elles ne règleront cependant pas le problème majeur de l’islam de France : son incapacité à faire émerger de ses propres rangs un mouvement progressiste capable de proposer un modèle alternatif assez puissant pour contrer l’idéologie islamiste – sous toutes ses formes, du radicalisme terroriste au fondamentalisme piétiste en passant par ce conservatisme étroit qui règne aujourd’hui presque sans partage dans l’ethos musulman.